Image de fond

Les RERS: thème de la semaine du 15/04

“Tout le monde sait quelque chose. Personne ne sait tout. On ne peut que gagner à échanger”


Les Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (RERS) partent de cette certitude que toute personne possède des savoirs et peut les transmettre à d’autres et que chacun peut s’enrichir du savoir des autres.
Les RERS sont des réseaux d’éducation populaire organisés qui permettent à chaque membre de formuler une offre de savoirs (ce qu’elle peut apporter ou transmettre à quelqu’un) et une demande de savoir. Ils sont basés sur la réciprocité ouverte : on peut recevoir un savoir d’une autre personne que celle à qui l’on transmet quelque chose.


Ils sont nés dans une école primaire à Orly dans les années 1970. Le système a été mis en place par une institutrice, Claire Heber Suffrin, qui, constatant que tous ses élèves avaient de nombreux savoirs, dans de nombreux domaines, pas forcément reconnus par l’institution scolaire, décide de mettre en place cette méthode pour que tous les élèves puissent transmettre quelque chose à un autre camarade.

Dans ces réseaux, il n’y a pas de savoirs considérés comme supérieurs aux autres: tous les savoirs se valent et sont utiles, tout ce qui compte, c’est que quelqu’un recherche ce savoir. Les apprentissages proposés sont donc très divers, de choses plus “classiques” comme les maths, le droit ou la philosophie, à des savoirs faire comme la couture, le jardinage, l’électricité, ou des savoirs fonctionnels comme remplir des formulaires administratives ou organiser un voyage … Cela permet de changer notre vision des savoirs, comme en témoigne Troc Savoirs, réseau strasbourgeois : “ça change notre regard sur les savoirs, sur notre capacité à apprendre, sur notre capacité à transmettre. Quels que soient les bons ou mauvais souvenirs de l’école, quels que soient nos diplômes obtenus ou non, nos facilités à manier le français ou des langues étrangères, nous avons le droit, à Troc Savoirs, de d’accéder plus facilement, à toutes une variété de savoirs apportés par les autres, et ce d’autant plus qu’ils sont différents de nous.”

Être membre d’un RERS permet de développer la confiance en soi et d’améliorer l’estime et l’image que l’on se fait de soi puisqu’on est capable d’apprendre à un autre. Tout le monde se sent égal et valorisé. Les RERS considèrent la “valorisation individuelle comme une école de la citoyenneté”. Ces réseaux permettent également de développer la solidarité et le lien social puisqu’ils favorisent les rencontres, dans une relation d’échange d’égal à égal.

Des lieux d’échange peuvent voir le jour autour des RERS, comme c’est le cas à Beauvais. Le RERS a donné naissance à un resto-bristo associatif, L’écume du jour, qui fonctionne autour du réseau, mais qui est aussi devenu un lieu d’art, de culture, de santé, de développement durable … L’idée principale étant que “le partage, la curiosité, la capacité à estimer l’autre et donc à s’estimer soi-même restent fondamentalement l’objet de tous les projets”

Transmission, échange, savoir, lien social … les raisons de rejoindre un RERS ne manquent pas! Retrouvez les RERS proche de chez vous sur notre carte de France des alternatives citoyennes!

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Vous n'avez pas la permission de vous enregistrer

Le lien de réinitialisation de votre mot de passe a été envoyé sur votre adresse e-mail