Image de fond

Les bonnes nouvelles de la semaine du 13/05

La première bonne nouvelle de la semaine concerne les femmes… et leur manière de faire pipi. Surnommé Lapee, le premier urinoir féminin mobile voit enfin le jour. Imaginés par l’empereur Romain Vespasiano, les urinoirs existent et sont utilisés par les hommes depuis plus de 2000 ans. Dans les imaginaires, ce type de sanitaire en version féminine était jusqu’à présent inconcevable. Gina Perier, la créatrice et architecte française, explique que grâce à ces urinoirs, les femmes vont dorénavant pouvoir uriner rapidement, hygiéniquement et en sécurité dans les espaces publiques. Cette urinoir qui joue sur le cliché du rose est 100% recyclable, n’utilise pas d’eau et pas d’électricité, tout en résolvant un problème d’égalité des genres.

En matière d’écologie, 180 pays ont adopté une série de mesures afin que le commerce de déchets plastiques soit plus transparent, mieux régulé et plus contrôlé dans ses impacts sur la santé et l’environnement. En modifiant la Convention de Bâle qui gère l’élimination et la circulation de déchets entre pays, les signataires ont mis en place des règles pour protéger les pays moins riches lors de l’export de déchets par les pays plus riches. Ces derniers devront recevoir le consentement des pays importateurs avant de pouvoir envoyer les résidus à éliminer. Ces mesures surviennent suite au constat que des déchets sont déversés et empilés dans des villages thaïlandais, malaisiens ou encore indonésiens depuis que la Chine a limité le recyclage de matériaux provenant des Etats-Unis.

Puisqu’on parle des Etats-Unis, la quantité d’électricité générée par le secteur renouvelable dans le pays est pour la premier fois supérieure à celle produite par les centrales à charbon. La part de cette énergie fossile avait déjà commencé a chuté ces dernières années, passant de 45% de la production d’électricité en 2010 à 28% en 2018. Cette tendance, accompagnée d’une montée en puissance des énergies renouvelables, devrait continuer à s’accentuer au cours des années 2019 et 2020.

Le gouverneur de l’État de Washington, Jay Inslee, a signé une loi interdisant la production et la vente d’œufs pondus par des poules élevées en cage. Cette mesure mettra fin aux élevages en batterie, dans lesquelles les volailles pondeuses passent leur vie dans une cage où elles n’ont même pas la place de déployer leurs ailes. Cette décision, qui a largement été promue par The Humane Society of the United States, réduira la souffrance de 8 millions de poules.

Finalement, si vous aviez bien suivi les bonnes nouvelles de la semaine dernière, vous êtes au courant que l’urgence climatique a été décrétée par le parlement britannique. Seulement quelques jours plus tard, l’Irlande devient le second pays a adopter cet état d’urgence en terme d’environnement et de biodiversité. L’amendement possède une valeur purement symbolique. Cependant, la force des symboles devrait inciter le gouvernement à améliorer ses réponses aux problèmes climatiques.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Vous n'avez pas la permission de vous enregistrer

Le lien de réinitialisation de votre mot de passe a été envoyé sur votre adresse e-mail