Image de fond

Ferme urbaine: thème de la semaine du 24/09

Aujourd’hui, 80% de la population française est urbaine, la moitié de la population mondiale est citadine et les estimations fixent ce chiffre à 70% d’ici 2050.
Cette croissance constante de l’urbanisation est la source de diverses problématiques sociales et environnementales. En ce qui concerne la qualité de vie, les villes manquent d’espace vert malgré certains efforts de végétalisationAlors que l’OMS recommande aux villes d’avoir 15m² d’espaces verts par habitants, Paris en contient seulement 2%. Les villes sont également très polluantes, contribuant à 70% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, pour 2% des terres occupées. Enfin, l’urbanisation pose des problèmes liés à l’alimentation : il y a peu de production locale donc beaucoup de transport pour les marchandises. Pour exemple, Marseille qui était autosuffisante à 100 % en 1950 ne produit plus que 1,3 % de ce qu’elle consomme.
Face à ce constat, les villes se transforment et l’agriculture urbaine est une des solutions proposées par l’ONU et la FAO pour faire face aux défis de l’urbanisation.
Un mouvement d’agriculture urbaine existe déjà en France, avec de nombreuses initiatives qui permettent de cultiver la terre. Selon l’Observatoire de l’Agriculture Urbaine et de la Biodiversité, il y a plus de 367 hectares d’initiatives d’agriculture urbaine en Île de France.
L’agriculture urbaine apparaît comme bénéfique à plusieurs niveaux, participant à augmenter la qualité de l’air, étant un refuge pour la faune locale et permettant le maintien des sols vivants. L’agriculture urbaine peut prendre plusieurs formes : des jardins partagés, des micro-fermes, des fermes urbaines.  

Si elle n’a pas vocation à remplacer l’agriculture rurale puisqu’elle ne peut pas subvenir à tous les besoins de la ville, l’agriculture urbaine permet de réduire les distances de transport entre la production et la consommation et de mettre en place des circuits courts. La Ferme urbaine de la REcyclerie est un exemple d’exploitation agricole de proximité, les productions allant directement au restaurant de l’enseigne, lui permettant de proposer des menus constitués d’aliments locaux et biologiques.
La fonction des fermes urbaines n’est pas seulement alimentaire, ce sont également des lieux de partage de savoir-faire et connaissance. La Ferme de Paris, au cœur du bois de Vincennes, en plus de gérer une exploitation de 5 hectares, organise des ateliers de sensibilisation gratuits sur l’agriculture durable, la consommation et l’alimentation durable. Il existe également des fermes participatives qui permettent à chacun de s’essayer à l’agriculture.
Les fermes urbaines permettent aussi d’optimiser la gestion des déchets : V’île Fertile est une micro-ferme maraîchère associative valorisant les déchets organiques urbains, en produisant du compost à partir des déchets organiques des environs (épluchures de cuisine, invendus des marchés, fumier d’un centre équestre).
Citoyen à la main verte, simple curieux du jardinage ou gourmand de produits locaux, vous pouvez découvrir les fermes urbaines près de chez vous sur la carte des alternatives citoyennes.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Vous n'avez pas la permission de vous enregistrer

Le lien de réinitialisation de votre mot de passe a été envoyé sur votre adresse e-mail