• Notre constat

    NOTRE CONSTAT

     

    « L’émergence simultanée, dans des contextes géographiques et socioculturels très différents, de réalisations de formes identiques – alterconsommation, monnaies locales, coopératives de travail et d’habitat, jardins urbains, agricultures durables, formes participatives de démocratie – constitue par bien des aspects un phénomène inédit, à commencer par son ampleur. […] Contrairement aux militantismes du passé ou aux anciennes utopies de la contre-culture, ces entreprises ne relèvent plus de communautés marginales, de petits groupes militants plus ou moins retranchés du monde, mais d’individus et de groupes vivant au cœur même de nos sociétés, dans les classes moyennes et populaires. Elles naissent et se développent ainsi silencieusement, au sein de catégories sociales que l’on croyait acquises aux valeurs néolibérales mais qui, aujourd’hui, s’en détachent et inventent des formes plus solidaires de travail, d’habitat, de consommation ou de vie sociale. […] L’étendue de ces mobilisations et de ces changements de mode de vie est difficilement mesurable [… et] l’ensemble est loin d’avoir été recensé […. mais] chaque jour en voit émerger de nouvelles : la reprise en main par les citoyens des enjeux qui les concernent est une histoire qui semble constamment en train de s’écrire et qui devrait, dans les années qui viennent, être l’objet d’un intérêt croissant. »

    1(Bénédicte Manier, Un million de révolutions tranquilles, 2012)

     

    L'association Cap ou pas cap ? a été créée en décembre 2013 autour d'un constat simple.

     

    Les alternatives citoyennes se multiplient …

    Une nouvelle ère s’ouvre, celle de la citoyenneté active : loin d’être résignés, des femmes et des hommes de tout horizon sont chaque jour plus nombreux à reprendre en main les enjeux qui les concernent (alimentation, logement, économie, etc.). Ensemble, ils lancent des initiatives citoyennes, rejoignent des actions solidaires et créent des solutions locales, concrètes : coopératives alimentaires, habitat participatif, systèmes d’échanges locaux, etc. Ces alternatives citoyennes existent déjà par milliers et leur nombre augmente sans cesse.

    … mais elles demeurent trop souvent invisibles et isolées

    • Invisibles pour les citoyens, toujours plus nombreux à vouloir participer à la construction d’un autre monde possible, mais qui ne connaissent pas toujours toutes ces nouvelles solidarités de proximité qui existent à deux pas de chez eux.
    • Isolées les unes par rapport aux autres puisque les alternatives citoyennes ne se connaissent pas toujours entre elles, partagent peu leurs ressources et leurs savoirs, et, par conséquent, n’ont pas toujours conscience d’appartenir à un même mouvement de transformation profond et irréversible de notre société : la transition citoyenne, qui voit le citoyen s’ériger en acteur du changement social, aux côtés de l’État et de l’entreprise.

    [1] Bénédicte MANIER, Un million de révolutions tranquilles, éd. Les Liens qui Libèrent, 2012, pp. 295-296.

     

     

  • Nos objectifs et nos actions

     

    Notre vision 

    Reliées les unes aux autres, ces alternatives citoyennes nous montrent que, à condition de prendre conscience de notre capacité d’agir, chacun de nous peut participer à la construction d’un autre monde possible : une société plus inclusive, plus écologique et plus solidaire, fondée sur les valeurs d’humanité et de bien commun.

     

    Notre mission

    Cap ou pas cap ? est un accélérateur d’engagement et de transition citoyenne, qui a pour mission de donner à toutes et à tous les moyens de découvrir ces nouvelles manières de penser et d’agir, et de s’engager dans cette transition citoyenne.

     

    Nos objectifs 

    Cap ou pas cap ? a pour objectifs de :

    • contribuer à la connaissance et à la compréhension des alternatives citoyennes ;
    • favoriser la diffusion des alternatives citoyennes au plus grand nombre ;
    • encourager les citoyens à s’engager dans la transition ;
    • accompagner l’émergence et le développement des alternatives citoyennes.

     

    Nos actions : 

     

  • Nos principes d’action

    « Rappelez-vous : être radical n'est rien d'autre que d'empoigner les problèmes à la racine. Et la racine c'est nous. » (Howard Zinn)

     

    1 – Favoriser le pouvoir d’agir des individus et l’apprentissage par l’action : Le terreau de cette révolution citoyenne se trouve en chacun de nous, petits ou grands, résignés ou convaincus, apathiques ou engagés. Il ne s'agit pourtant pas d'exil, de marginalisation ou de communautarisme. Révoltes intérieures ou prises de consciences, il s'agit de décoloniser nos imaginaires et de sortir de notre résignation, de notre passivité, pour prendre conscience que nous pouvons être les acteurs de notre société. Ils existent déjà par milliers tous ces petits gestes du quotidien, ces gestes invisibles mais qui, pourtant, sont à la portée de tous et qui, imperceptiblement, dessinent les contours d'un autre monde possible.

    Nous fondons ainsi notre action sur la conviction que chacunE d'entre nous peut changer sa vie et le monde qui l'entoure dès lors qu'il prend conscience de son pouvoir d'agir. Nous défendons le droit à l'erreur dans l'apprentissage que nous faisons de la vie.

     

    2 – Promouvoir une citoyenneté inclusive et active : Loin d'être excluante et épisodique, la citoyenneté doit être repensée comme un trait d'union entre l'individu et le bien commun : le cadre du quartier, de la cité nous appartient à tous ; parce que nous en sommes les principaux acteurs, il nous incombe de prendre en main son devenir.

    La citoyenneté ne saurait être le privilège de ceux qui possèdent la nationalité française. Un citoyen n'est pas une photo sur une carte d'identité, un citoyen ne se définiti pas selon ses droits civiques, selon son âge, sa couleur, sa langue, son sexe ou son orientation sexuelle. Nous sommes tous citoyens parce que nous sommes tous responsables, de nous, de notre environnement et des autres. Notre citoyenneté doit s'entendre à la faveur d'un sentiment d'appartenance à une collectivité qui préserve son équilibre, respecte sa diversité et place en son sein les valeurs d'humanité et de solidarité.

    La citoyenneté ne saurait également se réduire à sa seule manifestation par le vote : budget participatif, jurys citoyens, assemblées populaires, gouvernance citoyenne, de nouvelles formes d'expressions et d'actions voient le jour, qui témoignent de la volonté de participer toujours plus à la construction d'un avenir commun. Cette transition citoyenne doit permettre à l'individu de sortir de sa condition pour se réaliser en tant qu'Homme.

     

    3 – Agir de manière délibérative et collective : La prise de conscience des individus de leur capacité à transformer leurs conditions sociales, économiques et politiques peut être le prélude à la construction d'un autre monde dès lors qu'ils excercent ce pouvoir d'agir de manière collective. Nous croyons ainsi en la force des décisions adoptées par l'ensemble des individus concernés selon un processus permettant l'égale décision de toutes et tous. Notre gouvernant est d'ailleurs au coeur de notre projet : elle s'exerce de manière collégiale, participative et, dans la mesure du possible, par consensus. La démocratie n'est pas un projet fini dont la force dépend de sa capacité à imposer ses normes mais un espace ouvert où la délibération et l'appropriation permettent sa perpétuelle réinvention.

     

    4 – Co-construire ensemble le monde d’aujourd’hui et de demain : Contre la concurrence et l'individualisme auxquels nous invite la société contemporaine, nous misons sur l'empathie, la coopération et la mutualisation. Nous volons donc travailler avec l'ensemble des acteurs du changement social car ce nouveau monde ne sera réalisé et généralisé qu'à condition d'être co-créé par l'ensemble des individus et des organisations du territoire.

    Loin d'être isolées et éparses, les initiatives citoyennes doivent se connaître, se rencontrer et agir de concert pour représenter l'espoir d'une démocratie renouvelée. La transition citoyenne est en marche. Mais c'est à condition de mettre en commun les expériences, les ressources, les idées et les rêves de tous, au-delà des parcours et des identités, qu'elle sera une force nouvelle, à côté des acteurs traditionnels que sont l'Etat et les entreprises.

     

    5 – Articuler la diffusion des initiatives positives à la critique sociale : 1 millions de personnes licenciées en France chaque année[1], 2,4 millions d’enfants qui ne mangent pas à leur fin chaque année[2], 3,5 millions de personnes mal logées[3] Le monde marche sur la tête, au rythme d’un capitalisme qui fait primer la propriété privée et le profit de quelques-uns sur le bien commun et le bien-être de tous, et au nom d’une croissance économique que les programmes de développement durable ne remettent pas toujours en cause[4].

    Pourtant, tout au long de l’histoire, nombreux ont été les femmes et les hommes à s’élever contre l’ordre établi, les évidences, pour combattre la tyrannie et les inégalités. Et nombreux sont celles et ceux, individus ou organisations, qui aujourd’hui encore se font le relais de ce combat historique. Leurs luttes et leurs combats, inachevés ou gagnés, sont autant d’invitations à vivre libre de tout assujettissement pour nous et pour les autres, et rendent possible l’existence des initiatives positives que nous souhaitons diffuser, mutualiser et développer. C’est leur rencontre et leur complémentarité qui permettra de réinventer le quotidien et construire un avenir humanisé et solidaire.

     

    « Rien n'est plus plaisant qu'une idée dont l'heure est venue. » (Victor Hugo)

     

     

     

     


    [1] En l’absence d’un suivi statistique des licenciements en France, le recoupement des déclarations mensuelles de mouvements de main d’œuvre (DMMO), des enquêtes trimestrielles auprès des établissements de 10 à 49 salariés (EMMO) et des demandes d’emploi enregistrées par Pôle emploi montre que depuis 30 ans, en moyenne, un million de personnes sont licenciées chaque année.

    [2] Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion « Crise économique, marché du travail et pauvreté », Rapport 2011-2012, 2013.

    [3] Fondation Abbé Pierre, « L’état du mal-logement en France », 20ème rapport annuel, 2015.

    [4] Défini comme la possibilité « de répondre aux besoins du présent sans compromettre la possibilité pour les générations à venir de satisfaire les leurs » (rapport Bruntland), le développement durable est porté par des acteurs divers et hétérogènes, qui ne s’entendent pas toujours sur ce qu’est un « besoin présent » : est-ce s’assurer que chacun dispose d’eau potable et mange à sa faim ou, comme l’entendent certains, le droit pour toutes et pour tous d’avoir une voiture et un écran plat ?

    [5] Autre formulation : « L’association CAP ou pas cap ? Comprendre et Agir à Paris ! est fondée à la fois sur un constat et un pari : le constat que les citoyens s’affirment comme un acteur à part entière du changement social, aux côtés de l’Etat et de l’entreprise ; et, le pari que chacun d’entre nous peut participer à cette transition citoyenne pour faire émerger le monde de demain, un monde qu’il nous appartient, à nous individus, d’imaginer et de co-construire. »

  • Gouvernance et équipe

    GOUVERNANCE

     

     

    L'association Cap ou pas cap ? est organisée selon une gouvernance pluripartite, collégiale et participative, au consensus, et dont les mants sont impératifs :

     

    • L'association compte diverses parties prenantes internes : bénévoles ( de soutien et membres ), volontaires en Service Civique, salariés, stagiaires et adhérents ;
    • La gouvernance est collégiale et participative : les orientations générales et stratégiques sont adoptées en assemblée générale ; le suivi de leur mise en oeuvre et le pilotage du projet associatif sont assurés par une direction collégiale ;
    • Les décisions sont adoptéees, dans la mesure du possible, par consensus, et entre toutes les parties prenantes internes concernés ;
    • Les différents membres et les instances de décision - hormis l'assemblée générale - reçoivent mandat impératif d'une autre instance et doivent en rendre compte à cette dernière.

     

    Extrait du préambule des statuts de l’association

     

    “Parce que nos manières de faire comptent autant que nos actions, la gouvernance fait partie intégrante du projet associatif : elle est collégiale et participative. Revendiquant et mettant en œuvre notre capacité individuelle et collective à exercer notre liberté et à décider de notre vie, nous reconnaissons l'égale capacité de chacune des parties prenantes internes de l'association à participer à la prise de décision collective, sans distinction fondée sur le sexe, l'orientation sexuelle, l'origine sociale ou ethnique, les caractères physiques et les convictions. Nos orientations générales et stratégiques sont débattues et décidées en assemblée générale, dans la mesure du possible par consensus ; une direction collégiale, mandatée par l'assemblée générale, veille à leur mise en œuvre.”

     

     

    L'EQUIPE

     

    A venir ...

  • Notre histoire

  • Formation Civique et Citoyenne

    Opérateur retenu par la DRJSCS d'Île-de-France, Cap ou pas cap ? dispense également des formations civiques et citoyennes à destination de volontaires en Service civique.

    Le service civique est un temps accordé aux jeunes pour s’engager et être utile aux autres. Le dispositif prévoit également l’accompagnement du volontaire pour renforcer son sens civique, le sensibiliser aux enjeux de la citoyenneté et en faire des citoyens actifs et responsables, participant à la société.

    Nous proposons aux organismes accueillant des volontaires en Service civique d'accueillir leur(s) volontaire(s) pour 1 ou 2 journées de prise de recul, d’échange avec d’autres volontaires, ainsi que d’ouverture et de créativité citoyennes. Nos formations permettent de :

    • définir ce qu’est la citoyenneté et ses différentes composantes afin de mieux appréhender les enjeux et l’impact de l’engagement de chacun dans la société ;
    • accompagner les volontaires dans une réflexion sur leur place dans la société et les cadres d’action qui leur sont proposés ;
    • favoriser le développement de leur pouvoir d’agir et leur permettre de devenir des citoyens actifs et responsables par-delà leur Service civique ;
    • assurer la formation des volontaires via l’échange et la pratique entre pairs.

     

     INFOS PRATIQUES

    • 20 volontaires maximum par formation afin de faciliter les échanges
    • Session de 2 modules de formation d’une ou deux journée(s) chacun ; les modules peuvent être suivis indépendamment l'un de l'autre
    • 10h-17h
    • Mairie du 4e - 2 Place Baudoyer, 75004 Paris ou 
      Carrefour des Associations Parisiennes - 181 Av. Daumesnil, 75012 Paris
    • 50€ par volontaire pour 1 jour de formation
      100€ par volontaire pour 2 jours de formation

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Télécharger la plaquette de présentation

     

     

     

     

    Module A : S'engager après le service civique

    Module B : Développer son pouvoir d'agir

    A travers une démarche pédagogique en 3 étapes, l’atelier amène les  volontaires à :

    • Se questionner et s’inspirer des nouvelles formes d’engagement citoyens
    • Découvrir les moyens qu’ont les citoyens de participer à la vie locale et les diverses alternatives citoyennes d'un territoire et/ou d'une thématique répondant à leurs envies d’agir
    • Favoriser leur engagement et l’exercice de leur citoyenneté au quotidien

    Télécharger le programme du module A

    Les boîtes à dons, boîtes à livres ou garde-manger solidaires sont des armoires situées sur l’espace public qui permettent à chacun de déposer et/ou récupérer des objets, librement et sans obligation de réciprocité. A travers une démarche pédagogique en 3 étapes, l’atelier amène les volontaires à :

    • Co-construire l'un de ces projets collaboratifs
    • Développer leur esprit d’initiative et leur intelligence collective
    • Prendre conscience de leur pouvoir d’agir collectif

    Télécharger le programme du module B

     

    LES DATES DE NOS PROCHAINES SESSIONS

     

    - Module A : S'engager après le Service civique : Pas de date prévue pour le moment

    - Module B : Développer son pouvoir d'agir : 28 juin 2017 – Co-construisons des jardinières collaboratives

    Vous voulez vous inscrire mais la formation est complète ? Vous avez plus de 10 volontaires en Service civique à former ? Nous organisons des formations supplémentaires et à la demande : contactez-nous à formation@capoupascap.info ou au 06 51 21 87 46.

     

    INSCRIPTIONS

    Vous pouvez vous inscrire et payer :

     

     

  • Partenaires

     

            http://leconomiequonaime.fr/site/images/atelier%20IDF.jpg              Cifacom       Fondation groupe chèque déjeuner   NOISE : ESCP Europe  Passerelles et compétences  ADIE   EPICEAS  ALTERNAT

    Projets 19                   

                      

  • Nos amis

    Ces structures nous accompagnent, co-construisent à nos côté, nous aident et contribuent à l'élaboration du mouvement.

     

     

    http://w35-associations.apps.paris.fr/searchasso/image?resource_type=searchasso_image&id=1246https://static.wixstatic.com/media/61d313_2a5ff41998bc467a8d17859739bdc6d9.png/v1/fill/w_209,h_202,al_c,usm_0.66_1.00_0.01/61d313_2a5ff41998bc467a8d17859739bdc6d9.png

     

  • Nous soutenir

     

    « CAP ou pas cap ? » est un mouvement citoyen indépendant. Votre soutien, sous forme de partenariat ou de dons nous permet de construire, pas à pas, notre autonomie financière et de développer de nouveaux projets.

     

    Si vous souhaitez lier avec nous un partenariat, pour soutenir la création d'une nouvelle action ou la pérénité d'une action existente, ou si vous avez toute question sur le sujet, vous pouvez nous écrire à partenariats@capoupascap.info.

    Si vous souhaitez nous soutenir financièrement, vous pouvez nous faire un don en ligne. Vos dons vous permettront d’obtenir une réduction fiscale à hauteur de 66% du montant versé, dans la limite de 20% du revenu imposable.

    Faire un don

     

    Alors, CAP de nous soutenir financièrement ?

     

    Pour toute question relative aux dons, vous pouvez nous contacter à partenariats@capoupascap.info.

  • Nous rejoindre

    C'est avec vous que nous voulons favoriser la transition citoyenne. Nous sommes un collectif ouvert à toutes celles et tous ceux qui souhaitent participer au changement social. Bénévoles, Service Civique ou salarié, nous faisons tous partie d'une même équipe tournée vers l'engagement des citoyens vers la transition.

    Si vous aussi, vous êtes conscient des maux de notre société et peinez à y trouver du sens, si vous souhaitez mettre vos compétences au profit d'une aventure solidaire, si vous souhaitez en acquérir de nouvelles auprès d'un groupe dynamique ou si vous souhaitez simplement dédier de votre temps à une cause qui vous parle, rejoignez-nous en tant que bénévoles ou volontaires en Service Civique.

     

    ... En tant que bénévoles

     

    Nous nous réunissons en groupes de travail tous les 1er et 3ème mardis de chaque mois, à partir de 19h30 (181 avenue Daumesnil, 75012 Paris).

     

    Groupe Éditorial

    Mission : Identifier et documenter les alternatives citoyennes (dénicher les alternatives citoyennes et les référencer, rencontrer les membres de ces alternatives et les documenter, etc.)

    Contact : Simon – redaction@capoupascap.info

    Groupe Plateforme web

    Mission : Améliorer sans cesse le site internet (parcours utilisateur, outils, design, etc.) afin qu’il facilite au mieux la mise en lumière des alternatives et l’engagement des citoyens

    Contact : Clément – information@capoupascap.info

    Groupe Évènementiel

    Mission : Imaginer et organiser des actions de terrain (événements, animations, etc.) pour faire connaitre les alternatives citoyennes au plus grand nombre et favoriser l’engagement des citoyens dans la transition

    Contact : Margaux – information@capoupascap.info

    Groupe Mobilier collaboratif

    Mission : Expérimenter un programme d’accompagnement de citoyens dans la construction de mobilier collaboratif, levier d'engagement

    Contact : Attika – observatoire@capoupascap.info

    Groupe Gestion associative

    Mission : Assurer la gestion administrative, comptable, financière et humaine de l’association

    Contact : Jean-Christophe et Neïlah – partenariats@capoupascap.info


    Vous avez envie de faire un peu de tout, ne savez pas trop quoi choisir ou encore vous avez d'autres idées, vous pouvez :

    • contactez Clément à information@capoupascap.info ;
    • participer à nos CAP'Apéros mensuels (consulter le prochain CAP'Apéros dans nos actualités ou dans agenda)

     

    ... En tant que volontaire en Service Civique

     

    Quatre volontaires en service civique sont engagés à nos côté toute l'année, par periodes de 6 mois. Un(e) Reporter des Alternatives, un(e) Ambassadeur/drice des alternatives et deux Mobilisateurs/trices des alternatives. Si une de ces missions vous intéresse, rendez-vous sur http://www.service-civique.gouv.fr et rechercher 

  • Ils parlent de nous

     

    France Bleu Ile de France - Ondes positives: Un garde-manger solidaire pour aider les personnes en difficulté

     L'idée c'est de permettre à chacun d'être solidaire et de partager avec les gens de son quartier.

     

     

     TF1 journal de 20h -  La solidarité s'organise pour venir en aide aux sans abris

     

     

        Le Bonbon - Le premier garde-manger en libre-service ouvre dans le 12e

    Voilà la belle initiative de la journée ! Depuis peu, trois boîtes ont été accrochées sur les grille du centre social Charenton, dans le 12e. Que renferment-elles ? Eh bien c’est à nous tous de le décider puisque ce sont les premiers garde-manger solidaires de Paris.

     

     

     

    Oui FM - Rencontre au kiosque solidaire ils partagent, s'engagent et s'enragent       

    Dans le kiosque, avec l’aide de l’association Hologramme, Cap ou pas Cap s’intéresse à deux choses : la lutte contre le gaspillage, et le partage                                                       

     

     

     

          20 minutes - Paris: Un garde-manger en libre-service en plein 12e arrondissement       

         L'association Cap ou pas cap a installé une «boîte à dons» dans la cour du centre social Charenton dans le 12e arrondissement...

     

     

    Paris Worldwide (Aéroport de Paris) - L'initiative, des clés pour Agir

    Les activités citoyennes et solidaires fourmillent, mais l'information manque... L'association Cap ou pas cap ? y remédie 

     

     

    Le Parisien - A peine installé, le troc est déjà adopté

    Place Felix Eboué (XIIe), le kiosque citoyen fait partie du décor depuis un an. Mais depuis mardi, les riverains, passants ou employés du coin ont vu apparaître, accolé à celui-ci, un espace dédié au troc. Sur deux mètres carrés, on peut y déposer et trouver vêtements, livres, chaussures et autres « trucs » dans des casiers dédiés...

     

    La Croix - le profil des bénévoles en pleine mutation

    Lentement mais sûrement, de nouveaux modes d’organisation émergent. Certaines structures n’hésitent plus à donner le pouvoir à ceux qui donnent de leur temps. C’est le cas de l’association« Cap ou pas cap ? », qui propose sur Internet une carte interactive des lieux où s’engager près de chez soi à Paris. L’organisation s’est largement inspirée du mouvement des « indignés », en Espagne. Les dirigeants n’y ont pas le monopole des décisions : chaque grande orientation doit être votée à l’unanimité des bénévoles.

     

     

    Le Bonbon - la carte des actions solidaires en bas de chez toi

    Vous voulez aider les autres mais vous ne savez pas comment ? Bonne pioche ! L’association "CAP ou pas cap ? Comprendre et Agir à Paris !" a recensé les actions citoyennes parisiennes sur une carte interactive : logement, vie et animation de quartier, écologie… Il y en a pour tout le monde, vous n’avez plus qu’à ! 

     

     

     

    Say Yess - 5 applis pour vivre sa ville en mode vert et solidaire

    Cap ou pas cap ? est une carte de l’action solidaire à Paris, «un catalyseur d’alternatives citoyennes», comme l’appellent ses créateurs. Jardins partagés, boutiques solidaires, associations qui donnent la paroles aux citoyens, etc. de nouvelles solidarités se forment ici et là, et s’inscrivent durablement dans le territoire. 

     

     

    New Europe - Cities in Transition - Cap ou pas cap ?

    CAP* ou pas Cap? (*Comprendre et Agir à Paris - understand and act in Paris), a young and ambitious association, sets out to map out citizen projects in Paris. The association defines itself as a catalyst for citizen innovations and alternatives. On their map, you can discover what is happening near you. The initiatives tackle a very broad range of topics including housing, education,  ealthcare and environmental issues. They recently launched a brand new website on which they are working hard to keep it updated. They are also very active on their Facebook page and Twitter account. If you know about an initiative that is not on it, just let them know in “signaler une alternative“...

     

     
    Le 1er avril 2015, se tenait au Carrefour des Associations Parisiennes à la mairie du 12ème, une conférence de presse publique de l’association CAP ou pas 
    cap afin d’officialiser le lancement d’une nouvelle plateforme web.  Un événement important pour cette jeune association fondée en décembre 2013, idéologiquement issue du mouvement des indignés, qui offre la possibilité à chaque personne de relayer les initiatives citoyennes dans la ville de Paris en les référençant. 

     

    Reussir  ma vie - Les Prix de l'étudiant entrepreneur en économie sociale remis aux lauréats 2014

    Quatre projets menés par des étudiants ont remporté, le 13 novembre 2014, les Prix de l'étudiant entrepreneur en économie sociale (PEES) : réinsertion des prisonniers ou des condamnés, mobilité des personnes handicapées, citoyenneté... Quatre bonnes idées récompensées qui vont pouvoir se concrétiser...

     

     

     

    RSNL Mag - Ce qu'une association peut apprendre d'une start-up de l'ESS
    Lorsqu’un jeune porteur de projet solidaire rencontre un startupeur chevronné de l’économie sociale et solidaire, qu’ont-ils à se dire ?

    C’est avec cette question en tête que nous avons suivi Jean-Christophe Taghavi, du programme Rêve et réalise, lors de sa journée à l’accélérateur Microsoft Ventures de Paris. L’étudiant est en effet à l’initiative de Cap ou pas cap, un catalyseur de projets citoyens pour la capitale...

     

     


     

     

  • Rapports annuels