Retour

Témoignages

  • Anna, Membre de l'association «  Moissons Solidaires »
  • Claire, membre de « Terre de Liens »
  • Découvrez les membres de la conquête du pain: la boulangerie éco-gérée,
  • Gaël, Co-fondateur du MakerSpace « Scolopendre »
  • Gauthier, co-fondateur de Food2rue
  • Gilia, co-créatrice de Freegan Pony
  • Giovanni, ambassadeur au Carillon
  • Leeroy, engagé chez « Enercity78»
  • Lilianne, référente du comité relations extérieures de l’Accorderie du Grand Belleville
  • Louise, chargée d'administration à Zero Waste
  • Lucile, salariée de la Boutique sans argent
  • Manon, engagée auprès de Biocycle
  • Nathan,  coordinateur d'Incroyables Comestibles Paris
  • Olivier, engagé chez « Énergie Partagée »
  • Penelope, membre de la Coopérative Alimentaire Sociale et Solidaire l’Indépendante
  • Tiphaine, responsable de la recherche des partenariats à la Cravate Solidaire 
Partagez votre témoignage avec nous !
Penelope, membre de la Coopérative Alimentaire Sociale et Solidaire l’Indépendante
Qu'est ce qui t'as donné envie d'agir? / Face a quelle situation as tu décidé de t'engager?
Ce qui donne envie d'agir, ce sont toutes les informations qu'on peut avoir sur les conséquences sur la santé de l'agroalimentaire, en particulier l'agriculture intensive mais aussi tout le reste, que ce soit sur les consommateurs ou les producteurs. Les conséquences également sur l'environnement.
Et l'inaction quasi-totale des pouvoirs publics vis à vis de tout ça.
Cette manière de produire et distribuer l'alimentation, puis de soigner les maux qu'elle génère, n'a pas que des conséquences sur la santé mais aussi sociales, puisqu'elle détermine la manière dont les gens vont (ou ne vont pas !) travailler, et consommer. Elle détruit donc la vie des gens : leur santé, leur travail, et les liens sociaux.
Les gens sont dépossédés de tout, ils dépendent entièrement d'un système mortifère qui leur est imposé. Un mauvais cadre de vie + une mauvaise alimentation + des mauvaises conditions de travail + une mauvaise façon de se soigner : la marge de manoeuvre est étroite.
Tout ça ne donne pas du tout envie de collaborer, cela pousse à chercher d'autres solutions.
Comment en es-tu arrivée à passer à l'action, quel a été le déclic?
D'abord j'ai appris l'existence des amap, j'ai cherché et trouvé un groupe de gens du quartier qui étaient en train d'en créer une, je les ai rejoints. Puis j'ai entendu parler des GASE (Groupement d’Achat Service Epicerie), en Bretagne, et comme plusieurs personnes de mon quartier étaient partantes pour lancer une épicerie, nous avons créé l'indépendante, calquée sur l'épicerie bretonne.
Pourquoi L'indépendante ? Quelles actions menez-vous et quel rôle y tiens-tu?
L'indépendante est donc née sur le modèle des GASE et cela me semble un très bon modèle puisque n'importe qui peut le mettre en place, ce n'est pas quelque chose d'élitiste qui n'aurait aucun sens dans une situation où tout le monde est concerné. Il faut quand même disposer d'un endroit où le stock peut être approvisionné (cela peut tout simplement être un grand placard), et accessible au moins quelques heures par semaine, ainsi que de la place pour se réunir afin d'organiser la vie de l'association. Cela peut aussi être un arrangement avec un commerce, un café, que l'on peut aider avec une partie des adhésions par exemple.
L'indépendante n'est qu'une modeste épicerie, mais le fait de pouvoir s'approvisionner auprès de producteurs correctement rémunérés et travaillant dans de bonnes conditions, de pouvoir choisir une alimentation de bonne qualité et saine pour rester en bonne santé, c'est une des choses les plus importantes. Par ce biais, nous soutenons des emplois qui ont du sens et nous boycottons une bonne partie de ce qui rend la société actuelle invivable.
Hélas nous manquons d'un lieu à nous pour pouvoir être plus visibles, et même au sein de la maison verte qui accueille pourtant pas mal de monde, nous avons du mal à sensibiliser un large public. Peut-être que les gens ne sont pas encore assez sensibles à tous ces problèmes, qui les touchent pourtant de plein fouet : dernièrement un reportage racontait comment les pesticides avaient une influence sur le nombre exponentiel des naissances d'enfants autistes. Les gens ont peut-être du mal à faire le lien entre les problèmes et leurs causes.
Mon rôle au sein de l'épicerie est le même que celui des autres adhérents, nous nous partageons les tâches à accomplir pour le bon fonctionnement de l'association : commandes, réception de livraisons, comptabilité, organisation de fêtes, communication...
Comment s'engager auprès de l'Indépendante ?
N’hésitez pas à venir nous rendre visite et à reproduire ce modèle dans vos quartiers. Toutes les infos sont disponibles ici : http://www.lindependante.org/