Retour

Témoignages

  • Gaël, Co-fondateur du MakerSpace « Scolopendre »
  • Gauthier, co-fondateur de Food2rue
  • Gilia, co-créatrice de Freegan Pony
  • Giovanni, ambassadeur au Carillon
  • Louise, chargée d'administration à Zero Waste
  • Lucile, salariée de la Boutique sans argent
  • Manon, engagée auprès de Biocycle
  • Nathan,  coordinateur d'Incroyables Comestibles Paris
  • Penelope, membre de la Coopérative Alimentaire Sociale et Solidaire l’Indépendante
Partagez votre témoignage avec nous !
Lucile, salariée de la Boutique sans argent
Comment tu as rejoint la Boutique sans argent ?
C'est un peu par chance. J'habitais dans le quartier et j'ai découvert le concept grâce au bouche à oreille. L'idée m’a beaucoup plu et j'avais un peu de temps de libre, j'ai donc décidé de me présenter. Je suis maintenant embauchée ici à mi-temps grâce à un contrat aidé. Je suis chargée de la boutique, ce qui veut dire que j'aide les bénévoles tout en travaillant avec eux.... J'anime le lieu pour aller à la rencontre des gens et leur faire comprendre qu'il s'agit d'un espace convivial et solidaire. Quand je leur explique comment la boutique marche ils font les gros yeux ! On dépose des objets, ou pas, et on repart avec ce que l'on veut. Je vois que le concept passe bien, que les gens jouent le jeu, et c'est très satisfaisant. Je les vois repartir avec un bouquin ou un habit le sourire aux lèvres, tout le monde est content.
Qu'est-ce qui t'as amené au monde associatif ?
À la fin de mes études je me suis retrouvée au chômage, et quand tu es au chômage tu as envie de pouvoir te rendre utile. J'avais des amis qui étaient déjà dans le bénévolat, alors j'ai pris exemple et ça s'est fait très simplement.
Qu'est-ce que ça t'apporte au quotidien ?
C'est enrichissant. Comme la Boutique sans argent vient d'ouvrir, j'ai la responsabilité de faire en sorte qu'elle puisse marcher efficacement et résister au temps. C'est très une mission très intéressante, et les gens que je suis amenée à rencontrer sont vraiment sympas. J'apprends beaucoup sur le milieu associatif.